L’isolation de la maison

Lorsque l’on construit une maison, se pose la question de la manière d’isoler. Il existe trois types d’isolation :

  • Isolation par l’intérieur
  • Isolation par l’extérieur
  • Isolation répartie

On choisira entre les trois en fonction du budget et des qualités recherchées.

• L’isolation par l’intérieur est mise en oeuvre sur la très grande majorité des maisons pour la simple raison qu’elle est la plus économique. On vient poser un isolant classique (laine de verre, laine de roche) ou écologique (laine de bois par exemple) dans une ossature métallique contre la brique ou la parpaing. Ce doublage est ensuite généralement plaqué de BA13 (placoplatre). A l’extérieur, le mur est soit enduit, soit bardé ou habillé (bois, pierres, composite). Ce type d’isolation répond à la norme RT2012 actuelle (à condition de respecter les épaisseurs nécessaires) et permet d’obtenir un bon confort d’hiver mais est très peu performant en confort d’été (surchauffe)

• L’isolation par l’extérieur sera privilégiée lorsque le budget est plus important et qu’on recherche un bon confort à la fois d’été et d’hiver. A partir du mur maçonné (brique ou parpaing), on vient poser des plaques d’isolant (polystyrène ou fibre de bois) suivant une technique de collé-chevillé côté extérieur du mur. Cette isolation sera soit enduite (l’enduit utilisé est alors un enduit mince, posé sur un grillage fin en 3 passes), soit bardée ou habillée (bois, composite). Côté intérieur, on pourra plâtrer le mur de manière à profiter de son inertie

• L’isolation répartie consiste à mettre en oeuvre un système porteur qui joue également le rôle d’isolant. Elle peut être de deux types :

  • La version écologique : l’ossature bois
  • la version traditionnelle : la brique monomur, le béton cellulaire ou l’euromac 2 par exemple

A l’extérieur, on pourra enduire directement sur la brique monomur et ses dérivés maçonné. Il faudra en revanche ajouter une petite isolation par l’extérieur pour enduire sur l’ossature bois.

L’isolation répartie représentera à peu près le même coût que l’isolation par l’extérieur. Elle sera privilégiée dans sa version ossature bois lorsque l’on cherche une qualité d’air plus saine, une rapidité de mise en oeuvre ou un chantier plus propre.

La RT2012, qu’est ce que c’est

Tout d’abord, c’est une conception bioclimatique de la maison, c’est à dire qui prend en compte l’orientation (on privilégiera les ouvertures au Sud pour profiter au maximum des apports solaires) et l’isolation (économiser l’énergie commence par la réduction du besoin)

Dans un deuxième temps on s’intéresse à la consommation de la maison : On choisira des appareils de production d’énergie performants et des émetteurs économes (on supprime le convecteur électrique au profit d’un split ou d’un plancher ou plafond chauffant par exemple). La consommation ne devra pas dépasser un certain seuil (45 kWh/m2/an à Toulouse ou 50 kWh/m2/an à Tarbes).

Enfin, on devra garantir une excellente étanchéité à l’air de la maison. Le choix des artisans est très important. En fin de chantier, un test d’étanchéité à l’air obligatoire permet de vérifier le respect de cette exigence.

Le prix de la construction a augmenté avec ces nouvelles exigences. En contrepartie, votre maison sera plus confortable, votre facture d’énergie considérablement réduite et le prix de revente de la maison plus élevé.