Archives pour l'étiquette isolation

Mode de chauffage

La RT2012 a modifié considérablement les habitudes. Le traditionnel convecteur électrique (beaucoup trop énergivore pour répondre à la nouvelle norme) a été remplacé par plusieurs systèmes :

Plancher chauffant

Système qui se développe depuis plusieurs décennies, il est maintenant plus performant qu’à se début, notamment grâce à l’abaissement de la température d’eau. Aussi, si les premiers planchers chauffants pouvaient être inconfortables en donnant des sensations de jambes lourdes, la nouvelle génération a corrigé le problème. L’isolation performante des maisons et le rapprochement des pas des tuyaux a permis de diminuer la température de l’eau circulant dans la circuit.

Système très confortable en hiver (notamment dans les régions très froides), il voit ses limites dans les maisons RT2012 en mi-saison et en été :

En mi-saison, les jours de beau temps, le soleil tape sur les vitres (apports solaires passifs) ce qui réchauffe la maison. Le système de chauffage est alors coupé manuellement par l’utilisateur ou automatiquement par une consigne mais la durée d’extinction du système étant importante (4 heures environ à cause de l’inertie de la  chape dans laquelle le système a été noyé), la température intérieure de la maison augmente encore pouvant atteindre des 28 / 30 degrés !

En été, ce système permet un rafraichissement faible. En effet, pour éviter la condensation, la température peut être abaissée d’un ou deux degrés seulement.

En résumé ce système sera à préconisé dans les régions assez froides (les usagers apprécient particulièrement la sensation de pieds nus sur sol chaud l’hiver) ou en rénovation dans des maisons moins bien isolées ou peu ouvertes sur le Sud. Le mode est chauffage est rayonnant (pas de sensation d’air) ce qui est le plus confortable.

Plafond chauffant

Système proposé depuis une vingtaine d’année, beaucoup moins connu que le plancher chauffant, il utilise le même principe de circulation d’eau mais au plafond.

Tout comme le plancher, les pas sont maintenant très rapprochés ce qui permet de faire circuler de l’eau à une température abaissée. La surface d’émission étant totale (à l’inverse du plancher chauffant qui est légèrement bloqué par les meubles), on peut avoir une température d’eau de seulement 25°, permettant de diminuer la consommation électrique de la pompe à chaleur.

En hiver, ce système est confortable car très homogène. Comme le plancher chauffant, il rayonne sur les corps dans la pièce et le sol, ce qui crée une température stable partout. En revanche, le sol sera tiède et non pas chaud comme avec un plancher chauffant.

Une question qui revient souvent est que comme la chaleur monte, comment la chaleur peut-elle se diffuser ? Comme nous l’avons dit précédemment, ce mode de chauffage (comme le plancher chauffant) est un mode rayonnant. A l’inverse de la convection (l’air chaud qui monte), le rayonnement ne chauffe pas l’air mais les objets (principe identique aux rayons du soleil)

Si ce système est confortable en hiver, c’est surtout en mi-saison et l’été qu’il présente ses atouts principaux :

En mi-saison, les jours de beau temps, le soleil tape sur les vitres (apports solaires passifs) ce qui réchauffe la maison. Le système de chauffage est alors coupé manuellement par l’utilisateur ou automatiquement par une consigne et s’éteint immédiatement (en effet il n’y a aucune inertie dans la structure du système et le plafond en placo qui le couvre).

En été, ce système permet un rafraichissement. Le système n’étant pas dans une chape, la température d’eau peut être définie librement. Ce système remplace totalement une climatisation.

En résumé ce système sera à préconisé dans les régions froides et chaudes (les usagers apprécient particulièrement la possibilité de pouvoir rafraichir) mais pas forcément en rénovation dans des maisons moins bien isolées ou peu ouvertes sur le Sud. Le mode est chauffage est rayonnant (pas de sensation d’air) ce qui est le plus confortable.

 

Split ou système gainable

Contrairement aux deux systèmes évoqués plus haut, ce mode de chauffage ne se fait pas par rayonnement mais par convection (circulation d’air). Il est donc légèrement moins confortable. En revanche, il présente d’autres avantages :

Il est très réactif. On peut modifier la température de sortie d’air par une simple commande.

On peut facilement donner une consigne de température différente entre les pièces

Il sert à la fois de chauffage et de rafraichissement.

En revanche, il peut faire offrir à ses usagers uns sensation d’air soufflée, peu agréable surtout si on se trouve à proximité de la grille d’air. Il faut également prendre soin à entretenir les grilles de soufflage (qualité de l’air).

Les splits sont des équipements posés au sol ou au mur (peu esthétiques mais économiques). Le système gainable vient se cacher dans un faux plafond. Seules les grilles de soufflages sont apparentes.

En résumé ce système sera à préconiser dans tous les projets où les usagers souhaitent pouvoir facilement rafraichir et chauffer et ne sont pas trop sensibles  aux mouvements d’air.

Chauffage au bois

La mise en place d’un poêle à bois ou à granulés est possible en chauffage principal dans les maisons très bien isolées et de forme compacte (pour que la chaleur puisse bien se diffuser entre le pièces).

Cette chaleur est très agréable. En revanche, ce système ne permet pas de rafraichissement l’été, et est assez long à se couper en mi-saison.

En résumé ce système sera à préconiser dans les régions froides.

L’isolation de la maison

Lorsque l’on construit une maison, se pose la question de la manière d’isoler. Il existe trois types d’isolation :

  • Isolation par l’intérieur
  • Isolation par l’extérieur
  • Isolation répartie

On choisira entre les trois en fonction du budget et des qualités recherchées.

• L’isolation par l’intérieur est mise en oeuvre sur la très grande majorité des maisons pour la simple raison qu’elle est la plus économique. On vient poser un isolant classique (laine de verre, laine de roche) ou écologique (laine de bois par exemple) dans une ossature métallique contre la brique ou la parpaing. Ce doublage est ensuite généralement plaqué de BA13 (placoplatre). A l’extérieur, le mur est soit enduit, soit bardé ou habillé (bois, pierres, composite). Ce type d’isolation répond à la norme RT2012 actuelle (à condition de respecter les épaisseurs nécessaires) et permet d’obtenir un bon confort d’hiver mais est très peu performant en confort d’été (surchauffe)

• L’isolation par l’extérieur sera privilégiée lorsque le budget est plus important et qu’on recherche un bon confort à la fois d’été et d’hiver. A partir du mur maçonné (brique ou parpaing), on vient poser des plaques d’isolant (polystyrène ou fibre de bois) suivant une technique de collé-chevillé côté extérieur du mur. Cette isolation sera soit enduite (l’enduit utilisé est alors un enduit mince, posé sur un grillage fin en 3 passes), soit bardée ou habillée (bois, composite). Côté intérieur, on pourra plâtrer le mur de manière à profiter de son inertie

• L’isolation répartie consiste à mettre en oeuvre un système porteur qui joue également le rôle d’isolant. Elle peut être de deux types :

  • La version écologique : l’ossature bois
  • la version traditionnelle : la brique monomur, le béton cellulaire ou l’euromac 2 par exemple

A l’extérieur, on pourra enduire directement sur la brique monomur et ses dérivés maçonné. Il faudra en revanche ajouter une petite isolation par l’extérieur pour enduire sur l’ossature bois.

L’isolation répartie représentera à peu près le même coût que l’isolation par l’extérieur. Elle sera privilégiée dans sa version ossature bois lorsque l’on cherche une qualité d’air plus saine, une rapidité de mise en oeuvre ou un chantier plus propre.

La RT2012, qu’est ce que c’est

Tout d’abord, c’est une conception bioclimatique de la maison, c’est à dire qui prend en compte l’orientation (on privilégiera les ouvertures au Sud pour profiter au maximum des apports solaires) et l’isolation (économiser l’énergie commence par la réduction du besoin)

Dans un deuxième temps on s’intéresse à la consommation de la maison : On choisira des appareils de production d’énergie performants et des émetteurs économes (on supprime le convecteur électrique au profit d’un split ou d’un plancher ou plafond chauffant par exemple). La consommation ne devra pas dépasser un certain seuil (45 kWh/m2/an à Toulouse ou 50 kWh/m2/an à Tarbes).

Enfin, on devra garantir une excellente étanchéité à l’air de la maison. Le choix des artisans est très important. En fin de chantier, un test d’étanchéité à l’air obligatoire permet de vérifier le respect de cette exigence.

Le prix de la construction a augmenté avec ces nouvelles exigences. En contrepartie, votre maison sera plus confortable, votre facture d’énergie considérablement réduite et le prix de revente de la maison plus élevé.