top of page
  • Atelier Scenario

On a testé : les terrasses bois !

Depuis 2012, nous avons posé un grand nombre de terrasses bois et avons pu observer leur vieillissement. En extension / rénovation, nous sommes également souvent amenés à remplacer l’ancienne terrasse et découvrons l’état d’anciennes lames ou d’anciens supports structure de terrasse.


Je vais essayer ici de lister les points importants lorsque l’on choisit sa terrasse bois et les erreurs à éviter.



1/ La structure de la terrasse


Souvent négligée, c’est un point clef de la durabilité de la terrasse ! En effet, on aura beau choisir le meilleur bois en lames de revêtement, si la structure est faite de lambourdes bois de faible qualité (comme c’est souvent le cas), la terrasse va finir par s’affaisser par endroits et créer des vagues, ou des points mous.


Donc si on doit conserver une structure en bois, surtout, ne négligez pas l’essence.


On a testé à plusieurs reprises le système de terrasse Grad. Ce système remplace complètement les solives et lambourdes bois classiques. Il se compose de plots réglables (à poser sur une dalle béton, des cailloux stabilisés (si le terrain n'est pas du tout argileux !) ou des carreaux), sur lesquels on vient fixer des rails aluminium comprenant des clips qui permettent de clipser les lames de terrasses.


Selon nous, ce système est le meilleur, de loin, pour plusieurs raisons :


1/ L’aluminium lui assure une absence de vieillissement, incomparable donc avec les structures bois


2/ Ses clips prémontés permettent de poser toutes les lames avec le même écart de fixation (parallélisme), ce qui sur une petite surface peut ne pas se voir mais sur une grande surface est flagrant.


3/ Il permet de se passer de vis : Or les vis sont souvent des failles pour le bois ; elles ont tendance à vriller lorsque le bois gonfle ou se retracte, créent des points bas où s’amasse la mousse, peuvent être dangereuses pour les pieds


4/ Elle est beaucoup plus facile à poser soi-même qu’une terrasse bois classique (même si, il faut quand même du courage et du temps, ça reste une terrasse bois !)


5/ Elle est démontable ! Des clefs de démontage sont fournies pour déclipser une ou plusieurs lames si une intervention est à prévoir sous la terrasse (bien pratique lorsqu’un enfant glisse un objet entre deux lames !!)



2/ L’essence du bois


Comme en bardage, on a un vaste choix pour les lames de terrasses, à des prix très différents.


On peut résumer ces choix en :

- Lames en Pin maritime, le choix économique. Il est traité autoclave pour le rendre résistant aux intempéries. C’est un traitement peu écologique, mais le bois est local (souvent en provenance des Landes).


- Lames en bois exotique (Ipé, Padouk, Cumaru…). Ils arrivent de loin et leur importation contribue à la déforestation… Ce sont des bois très durs, avec presque pas de nœud.


- Lames en Kebony : C’est en fait un traitement qui est apparu sur le marché il y a quelques années et consiste en une imprégnation avec de l’alcool furfurylique d’un bois non traité. L’essence de bois utilisée est le Pin Sylvestre ou le Pin Radiata. Il n’arrive donc pas de l’autre bout de la planête.


Il faut savoir que tous les bois vont griser, assez rapidement (1 année en général). Cela peut être un réel atout pour certains et d’autres n’aimeront pas. Je ne conseille pas du tout aux personnes qui ne souhaitent pas voir le bois griser de se lancer dans des traitements réguliers. Les surfaces de terrasses dans les maisons sont souvent importantes, et l’entretien à genoux une à deux fois par an me paraît intenable sur la durée.


Il faut également avoir en tête que le bois n’aura pas la même couleur suivant que la terrasse est abritée ou non (c’est surtout la pluie qui provoque le changement de couleur).


Si l’on est d’accord pour voir le bois griser, il faut savoir que toutes les essences évolueront différemment.


Nous avons posé nos premières terrasses en Pin et en bois exotiques il y a 12 ans.

Quelques mois ou années après la pose, on a remarqué que la chaleur et la pluie ont créé des dommages : petits trous, fissures, échardes, parties de lames qui se soulèvent un peu. Bref, on est déçus.


Nous avons posé nos premières terrasses en Kebony il y a 5 ans. Aujourd’hui, elles ont grisé mais les lames ne présentent aucun défaut : pas de trous, pas de fissures, pas d’échardes. L’entretien réalisé consiste en un lavage de la terrasse 2 fois par an au savon noir (avec un balai brosse).




3/ La forme des lames


Une des causes du vieillissement rapide des lames de terrasse bois est l’accumulation de mousses, notamment l’hiver.


Pour éviter cela, nous conseillons de choisir les lames légèrement bombées au milieu. Ainsi, l’eau de pluie de stagne pas sur les lames. C’est bien mieux pour le vieillissement, et c’est plus pratique : on peut marcher sur la terrasse en hiver sans glisser !




En conclusion, aujourd’hui, dès que c’est possible, nous préconisons des terrasses bois avec système de fixation en Aluminium (seul Grad le propose à ce jour), revêtu de lames de terrasses en Kebony. Attention, c’est de loin le choix économique le plus cher, en revanche, il a su nous convaincre pour sa durabilité et ses nombreuses qualités (esthétiques, entretien facile, absence de vis…).

Si le budget ne passe pas, l’auto-construction peut être une alternative à condition d’être bricoleur (il faudra savoir mettre à niveau tous les plots, et évidemment scier les lames et les accessoires de fin, mais il n'y aura pas à visser 40vis par m2 de terrasse bois classique !).

Comments


bottom of page